Affichage d'un message post

Forum de discussion

- Message posté -
Sujet : Article du 10/11/2022 de France 3 Nouvelle Aquitaine: Portrait de ce triathlète passionné (Pascal Cassez) qui s'entraîne à Neuville-de-Poitou (Vienne).   --   Auteur : Pierre-Marie
Date : 14/11/2022, 12H17
Ironman de Floride 2022 : le Neuvillois Pascal Cassez se qualifie pour Hawaï, portrait d'un sportif hors norme .

Pascal Cassez, 54 ans, revient juste des États-Unis avec dans sa poche une qualification pour le prochain championnat du monde de l'Ironman à Hawaï en 2023. Portrait de ce triathlète passionné qui s'entraîne à Neuville-de-Poitou (Vienne).

175 cm, 65 kg, un physique "très sec", comme on dit dans le milieu de la course à pied, voilà à quoi ressemble Pascal Cassez. Son nom apparait régulièrement en haut des classements des triathlons français, dans sa catégorie d'âge, les 50-54 ans.

Rien ne prédestinait pourtant ce sportif à opter pour trois disciplines. A l'âge de 40 ans, après vingt-cinq années en tant que gardien de but dans l'équipe de foot de Neuville-de-Poitou, il se met à courir, puis à faire du vélo. Il a 43 ans lors de son premier triathlon. "J'ai nagé 20 minutes avec un copain la veille de la compétition, histoire de me remettre à l'eau". Depuis, il savoure l'excitation que lui procure ce sport : la gestion d'efforts très différents et le côté inattendu de chaque épreuve.

Une double compétition aux Etats-Unis

Entre le 28 octobre et le 5 novembre dernier, Pascal Cassez a participé à un championnat du monde d'half Ironman à Saint George dans l'état de l'Utah (Etats-Unis), et à un Ironman en Floride. Rappelons que le "half", c'est 1,9 km de nage, 90 km de vélo et un semi-marathon. Pour un Ironman, vous pouvez multiplier par deux (3,8 km, 180 km et un marathon). Le quinquagénaire a enchainé ces deux épreuves en l'espace d'une semaine.

Tout commence à l'half Ironman des Sables-d'Olonne en 2021 où Pascal Cassez décroche sa qualification pour le championnat du monde à Saint George (US) de 2022. Cela lui laisse une année pour s'entraîner encore, et toujours plus. Les routes de la Vienne lui offrent son terrain de jeu quotidien, les courses dans toute la France et les cols des Pyrénées sont ses lieux de compétition ou d'entraînement intensif.

Trois semaines avant les épreuves américaines, il se fait une entorse et une lésion au ménisque. Pas question pour autant d'abandonner le rendez-vous dans l'Utah (US).

Le samedi 28 octobre 2022, Pascal est sur la ligne de départ juste à côté des professionnels.

"C'est l'un des très rares, voire le seul sport où l'on s'aligne avec l'élite de la discipline". Pascal Cassez, triathlète à Neuville-de-Poitou.

Ce matin-là, il découvre des paysages magiques, de grandes routes entourées de collines de couleur rouge. "L'organisation américaine et l'hospitalité sont exceptionnelles. C'est vraiment un événement là-bas", explique-t-il. Cette année, ils étaient 530 compétiteurs dans la catégorie 50-54 dont 35 Français. Côté météo, le temps a radicalement changé en une semaine, passant de 27 à 5 petits degrés.

"La veille, j'ai dû acheter des gants de skis et me fabriquer des sur-chaussures pour lutter contre le froid." Pascal Cassez.

L'eau du lac retenu pour l'épreuve de natation, n'excède pas les 16 degrés. Pascal Cassez termine 15e, une vraie performance, qui le qualifie déjà pour le prochain championnat du monde de l'half Ironman en Finlande.

Direction la Floride pour un Ironman.

Normalement, après plus de 4h30 d'épreuves mondiales, tout athlète rentre chez lui. Pas ce Neuvillois. Il décide de participer à l'Ironman de Floride qui a lieu une semaine plus tard.

"Dans ma tête, j'y allais avec un petit espoir d'obtenir une qualification, mais ce n'était pas ma priorité". Pascal Cassez.

Après les collines de l'Utah, direction les plages de Panama City Beach en Floride, non loin de Miami. La météo est à 28° avec un fort taux d'humidité. Cette fois, ils sont 238 dans la catégorie 50-54 ans à prendre le départ.

Les épreuves sont titanesques : 3,8 km de nage dans une mer démontée avec des vagues, 180 km de routes très droites, qui n'en finissent pas, suivis par un marathon.

"Après le vélo, avant d'attaquer le marathon de 42 km, j'ai posé mon cerveau. A mi-parcours, chaque pas est devenu une lutte" Pascal Cassez.

Et pourtant, il tient jusqu'au bout après plus de dix heures et vingt minutes d'épreuves. Le lendemain, à la remise des médailles, il découvre avec surprise qu'il est qualifié pour le Graal des triathlètes : le championnat du monde de l'Ironman d'Hawaï.

"La boucle est bouclée, mon objectif a toujours été de me qualifier pour cette compétition mythique, c'est fait. Après je vais certainement lever le pied dans les compétitions internationales, j'aurai atteint mon but".
Pascal Cassez.

Une ligne d'arrivée que Pascal Cassez envisage sereinement car le triathlon est une épreuve exigeante. "Je m'entraîne 10h par semaine, voire 20h avant une compétition. Ce sont beaucoup de sacrifices aussi dans la vie personnelle. C'est devenu un mode de vie, c'est très addictif ".

Ce sportif s'entraîne rarement seul et court avec le CA PICTAVE, l'AC Neuville vélo et l'AC Neuville triathlon. Pascal doit se reposer quelques jours avant de retrouver ses copains d'entraînement. La raison voudrait qu'il fasse une pause, mais...

"Je me retiens de ne pas m'inscrire pour le marathon de La Rochelle, je ferai certainement un semi, avec un copain !" Pascal Cassez.

Seul le corps pourra peut-être un jour freiner ce Neuvillois, mais certainement pas le mental.

Article de france3-regions.francetvinfo.fr
> Poster une réponse <

Poster un nouveau message    Retour à la liste des messages postés